Biotech

Business & People

Biotech

La rencontre du numérique avec les profondes évolutions des technologies médicales en Medtech et Biotech offre la possibilité de repousser les limites de la médecine actuelle.

Ainsi des milliers d’entreprises explorent de nouvelles thérapies en s’appuyant sur les avancées dans le domaine de la biologie (immunothérapie, thérapie cellulaire, séquençage et édition de l’ADN…), des progrès en matière d’équipements médicaux (robots-chirurgiens, imagerie médicale, outils de diagnostic, nanotechnologies…) et des innovations multiples du numérique (Big Data, Internet des Objets, Impression 3D…). 

 

 

Là où des entreprises françaises ont réussi à accéder au statut de « licornes » dans le numérique, la France n’a pas encore pleinement prouvé cette capacité à faire grandir de grands leaders de la vague d’innovation Health Tech.

Pourtant la France est le pays qui bénéficie le plus d’aides à l’amorçage des entreprises innovantes. Si elle réunit l’expertise scientifique requise pour créer des start-ups de pointe, le manque d’expertise en Business semble une véritable faiblesse. D’ailleurs les structures de transfert soulignet que les start-ups françaises sont parfois beaucoup plus revendicatrices que les étrangères.

Si les collaborations public-privé se sont fortement développées ces dernières années, elles se heurtent encore à des difficultés de compréhension mutuelles.

 

 

Parce que c’est l’humain qui rend possible l’adaptabilité des entreprises ou au contraire la ralentir.

Sources: ERDYN

En quelques mots ou chiffres

  • Le marché Europe + US représente 120 Mds € (dont 23 Mds € en Europe) avec une faible croissance, et une chute des bénéfices nettes (6.8 Mds €) – 2016
  • En France c’est 720 entreprises (49% de TPE) – 2016
  • C’est un marché de 3 Mds d’€ et de 50 000 salariés (hors les 64 grands laboratoires pharmaceutiques – 800 000 emplois – 67 Mds €) – 2016
  • En 2014, le marché US représente 46 Mds €, Allemagne 7, Danemark 6.7, Espagne 6.1, UK 5.1, CH 4.1, Norvège 3.4, France 2.8, Belgique 2.4, Italie 1.1 – comparaison 2014
  • Le ratio moyen CA/effectif est de 50 k€ en France – 2014
  • La France sur 11 pays comparés est en 3ème position en nombre d’entreprises mais passe en 8ème position en terme de CA et est dernière en ratio CA/effectif – 2014
  • 95% sont dans le secteur de la santé humaine
  • C’est en moyenne 27 créations / an pour 18 disparitions / an (dont 5 rachats ou rapprochements)
  • 193 sont des CRO, 23 des CMO et 32 sont en bio-informatique – 2014
  • 81% ont été fondées par un scientifique – 2016
  • Seules 23% sont présentes à l’international – 2014
  • La France possède un tissu académique de haut niveau reconnu – 2018
Si la France est en 2ème position en Europe en nombre de Biotech, elle est la dernière en terme de CA/effectif (50 K€)
  • 75% des dirigeants sont fondateurs
  • 81% des fondateurs sont scientifiques
  • 62% des fondateurs sont des primo-dirigeants
  • La recherche académique demeure la principale source de création des sociétés avec près de la moitié des entreprises créées à partir de recherches issues du milieu universitaire et académique.
La création d’entreprise ex-nihilo (from scratch) est a priori plus risquée que la reprise d’une activité existante.

Le ou les créateurs se lancent dans l’inconnu. Ils devront prendre des précautions pour mesurer et valider :

  • leurs besoins financiers, en établissant un plan financier à 3 ans.  
  • la pertinence de leur produit ou service, en menant une étude de marché.
  • l’équilibre de leur modèle économique et sa congruence.

Ce risque est amplifié avec des approches disruptives.

Parmi les thèmes les plus fréquemment cités par les chefs d’entreprises comme étant leur préoccupation majeure, le financement figure en première position et représente près de la moitié des réponses. De plus, 67% des entreprises ont déclaré être en recherche de financement.

  • Maintenir les soutiens financiers de type Bpi
  • Développer un service de conseillers en levée de fonds rémunérés au ”success fees”
  • Une fiscalité stable, claire et favorable à la prise de risque
  • Sécuriser et prolonger le statut JEI
  • Pas de remise en cause du CIR pour les prochaines années

Pour la création (early stage) ou le développement ?

Euronext est devenu :

• Le premier marché en Europe pour les Biotech et le deuxième au monde derrière les Etats-Unis ;
• Le premier marché au monde pour les Medtech

Les levées de fonds en capital risque, acteur initiant la chaîne de financement, ont presque doublé entre 2014 et les 9 premiers mois 2016, passant de 144 M€ à 250 M€.

Les drivers sont:

  • Diversifier le risque produit et enrichir le pipeline
  • Assurer le financement et améliorer la productivité de la R&D
  • Améliorer sa compétitivité
  • Réaliser des synergies de coûts
  • Catalyser des levées de fonds
  • Une stratégie et une vision commune
  • Du leadership: la capacité d’un dirigeant à se projeter dans l’après-fusion et élaborer une stratégie commune mais qui laisse la place à chacune des entités clés.
  • Une compatibilité des cultures et des valeurs d’entreprise
  • De la communication
  • Du timing: la gestion d’un calendrier serré et souvent multi-tâches peut être vécu comme une contrainte importante que le dirigeant doit apprendre à appréhender.
  • Une gestion du capital humain
  • Un plan d’intégration
Sources: La DIRECCTE, France-biotech, leem, EY

Nos Offres, vos Enjeux

Stratégie

Business Plan, Levée de Fond, MVP, Pitch, KSF, Transformation, DD…

Marketing

Plan Marketing, MIX, Création de Valeur, Argumentaire, Pitch, KSF …

Commercial

Techniques, Management et Gestion des Ventes, e-Commerce…

Digital

Création et Prix d’un Site Web, Référencement, Système Expert, e-Commerce, Stratégie de Contenu …

Management

Leadership, Coaching, Cohésion d’Equipe, Motivation, Climat Social, 360°, MBO, Transition, des Ventes…

Organisation

Gestion du Changement, Climat Social, Alignement et Congruence, Process, Transformation…

Autres secteurs d’expertise: